La photo des déplacés d’Artsakh a été sélectionnée par le magazine TIME parmi les 100 meilleures photos de l’année 2023.

«La photo des déplacés d’Artsakh a été sélectionnée par le magazine TIME parmi les 100 meilleures photos de l’année 2023.

Sur la photo, on voit des habitants d’Artsakh quittant leur terre natale en raison de l’agression de l’Azerbaïdjan le 19 septembre de cette année. L’auteure de la photo est Nanna Huitmann (The New York Times/Redux).

«Le véhicule transporte des réfugiés du Haut-Karabakh à leur arrivée à Goris, en Arménie, le 25 septembre», indique la légende de la photo.

Il est à noter qu’à 13h00 le 19 septembre 2023, les forces armées de la République d’Azerbaïdjan, en utilisant des moyens de mortier, d’artillerie et de roquettes, ainsi que l’aviation de combat et des drones, en recourant à des méthodes interdites de conduite de la guerre, ne faisant pas la distinction entre les civils et les militaires, notamment en transformant la population civile et les objets civils situés en profondeur en cibles d’attaques non discriminatoires, ont bombardé les villes de Stepanakert, Askeran, Martuni, Martakert et les localités avoisinantes, causant des pertes humaines et matérielles. Au cours des deux jours d’hostilités, des cas de meurtres cruels de militaires et de civils arméniens, d’actes de violence, de tortures, de traitements inhumains et dégradants, ainsi que de crimes de guerre liés à la profanation des corps de militaires et de civils ont été enregistrés.

Selon les données factuelles obtenues au cours de l’enquête préliminaire menée par le Comité d’enquête de la République d’Arménie, plus de 200 militaires et civils ont perdu la vie en conséquence de l’agression militaire au Haut-Karabakh. Environ 12 civils et 30 militaires sont portés disparus. Des cas de torture ont été établis pour au moins 14 personnes, dont 12 militaires et 2 civils. Trois enfants ont perdu la vie lors des combats. 231 militaires et 80 civils ont été blessés de diverses gravités.

En raison de la politique planifiée et délibérée de nettoyage ethnique à l’égard de la population d’Artsakh, presque toute la population — plus de 100 000 personnes — a été déportée de force, sans avoir le temps ni la possibilité de prendre leurs biens avec eux. Au cours de la déportation forcée et immédiatement après, la mort de 64 civils a été enregistrée, directement liée au blocus, aux nettoyages ethniques et aux privations subis lors de la déportation : famine, absence de médicaments et de soins médicaux, etc.

(Visited 1 times, 1 visits today)